Main sur la bouche, couleurs arc-en-ciel : quand des joueurs, politiques et commentateurs défient le Qatar

Au Qatar, des femmes politiques, joueurs et journalistes ont fait passer des messages pour la lutte pour les droits des LBGT+. – Mads Claus Rasmussen/Ina Fassbender/BBC


Depuis le début du Mondial de football dimanche, des journalistes, politiques et joueurs ont contesté l’interdiction de la Fifa d’arborer le brassard « One love », censé protester contre les discriminations anti LGBT+ au Qatar. Passage en revue.

Lire ICI

Coupe du Monde 2022 : le brassard arc-en-ciel reste au vestiaire sous la pression de la FIFA

Le brassard « One Love » au bras du capitaine anglais Harry Kane, le 24 septembre. (Marco Bertorello/AFP)


Les équipes européennes qui avaient prévu de porter le brassard arc-en-ciel en faveur de l’inclusion et contre les discriminations ont renoncé lundi face à la menace de «sanctions sportives», lors du Mondial au Qatar.

Lire ICI

Pourquoi les dictatures tiennent tant à organiser des compétitions sportives ?


Dans ce nouvel épisode de notre série « Dis, Oncle Obs », le journaliste François Reynaert s’intéresse à la géopolitique du sport avant le lancement de la Coupe du monde au Qatar. Pourquoi les régimes dictatoriaux ou autoritaires tiennent-ils tant à organiser des compétitions sportives ? Des Jeux Olympiques organisés par Adolf Hitler à la Coupe du monde de football en Argentine, de nombreux régimes ont tenté de redorer leur image par le sport, avec plus ou moins de succès. On rembobine.

Publié le 11-11-2022 par NouvelObs Montage

Voir ICI

Travailleurs au Qatar

Alors que la Coupe du Monde de football se rapproche, le portrait du Qatar peint dans les médias est peu reluisant : 6500 morts pour la construction des infrastructures relatives à ladite Coupe, des traitements inhumains sur les lieux de travail et dans les logements, des travailleurs expulsés du pays après avoir demandé à être payés, une incapacité à réformer le code du travail, etc. L’attention des médias envers les violations des droits de l’homme au Qatar est plus forte que jamais.

Mondial 2022 : Amnesty appelle le Qatar à enquêter (sérieusement) sur la  mort des travailleurs migrants

Si le constat d’un manque de considération des travailleurs de la part des autorités qataries est vrai, il n’explique pourtant pas pourquoi des centaines de milliers d’hommes et de femmes ont afflué au Qatar depuis les années 1990 et continuent à vouloir s’y rendre.

D’autant que certains s’endettent pour payer les agences de recrutement : 1300 dollars pour obtenir un contrat qui n’est, en fin de compte, pas du tout respecté. Les postes attribués n’ont rien à voir avec ce qui est proposé, le salaire est souvent moins qu’annoncé, sans parler de la pénibilité de la tâche à accomplir.

«Nous étions censés travailler 8 heures par jour, mais en fait, c’était plutôt 13 ou 14 heures avec dix minutes de pause, le temps d’avaler à manger et à boire», témoigne l’un d’eux.

Un travailleur migrant se repose sur un banc devant le stade Khalifa, avant de retourner travailler, samedi 15 octobre 2022.

LIRE ICI

et LIRE ICI

Coupe du monde 2022 : des personnalités critiques à l’égard du Qatar ont été espionnées, selon une enquête du « Sunday Times »

L’ancien président de l’UEFA, Michel Platini, à Zurich (Suisse), en 2011. SEBASTIAN DERUNGS / AFP


Une enquête publiée par le journal britannique révèle que l’ancien patron du football européen, Michel Platini, et la sénatrice Nathalie Goulet ont été ciblés par des hackeurs.

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs


IVG dans la Constitution française : premier acte au Sénat


Levothyrox : le laboratoire Merck annonce sa mise en examen pour « tromperie aggravée »


100 Femmes de Culture : « La culture reste une chasse gardée des hommes, et ce de manière très inconsciente


Women for women France : une plateforme pour les femmes étrangères victimes de violences conjugales


Lafarge condamné à une amende de 780 millions de dollars pour avoir financé le terrorisme en Syrie


Frontex toujours dans la tourmente: le budget 2020 de l’agence désavoué par les députés européens


Le RN n’a toujours pas tourné la page de l’Algérie française


Le changement climatique menace un milliard d’enfants, estime une ONG


Tunisie : grève générale à Zarzis après la disparition de migrants en mer


Coupe du monde au Qatar : des accréditations de journalistes très restrictives

La FIFA tarde à créer un fonds d’indemnisation pour les travailleurs migrants

Des ouvriers devant un panneau montrant le stade Al-Janoub, l’un de ceux où se déroulera la Coupe du monde 2022, à Doha, au Qatar, le lundi 16 décembre 2019. © 2019 AP Photo/Hassan Ammar


La fédération internationale du football devrait s’engager à créer un tel fonds, projet qui bénéficie d’un soutien croissant, avant le début de la Coupe du monde.

Lire ICI

D’ici et d’ailleurs


Qatar/FIFA : Les revendications des travailleurs migrants en grève doivent être prises en compte


Femmes SDF : à la rencontre des « Invisibles »


Quand France Inter se fait porte-parole du gouvernement


Avec 41 journalistes actuellement détenus, l’Iran est aujourd’hui la troisième plus grande prison au monde pour la profession


« Des pratiques du passé » : Frontex réagit au rapport accablant ses dirigeants


« Parler gentiment a montré ses limites » : face à la crise écologique et climatique, des scientifiques racontent pourquoi ils entrent en rébellion


«Enseigner, ce n’est pas se taire», par Mickaëlle Paty, sœur de l’enseignant assassiné


Elle alerte contre le nouveau projet de Total en Afrique du Sud


D’ici et d’ailleurs


Deux magistrates font un «  faux » qui envoie un homme en prison, il se suicide


Esclaves des pays du golfe : le sang et le déshonneur




Personnes déplacées: les dix crises les plus négligées au monde se trouvent en Afrique



Tchad : Les forces de sécurité se livrent à des abus en plein dialogue national



Mobilisation partielle

Après la mobilisation décrétée par Vladimir Poutine, des milliers de citoyens russes ont pris le chemin de l’exil dans des pays les acceptant sans visa. (ASTRID AMADIEU / FRANCEINFO)

Lire ICI



Au moins 8 journalistes arrêtés en Russie lors des manifestations anti-mobilisation


Au Brésil, la presse, cible d’attaques massives du clan Bolsonaro


D’ici et d’ailleurs


Coupe du Monde de la FIFA : Tous les sponsors devraient soutenir les réparations pour les travailleurs migrants


Moussa Gakou, gréviste de GRDF perquisitionné pour avoir coupé le gaz


Une personne meurt de faim dans le monde toutes les quatre secondes, alertent plus de 200 ONG


En Iran, la répression des manifestations en faveur de Mahsa Amini inquiète la communauté internationale


Guerre en Ukraine : « Ce jour-là, j’ai voulu me suicider », enfin libérées, ces Ukrainiennes racontent les sévices subis sous l’occupation russe


Répression de l’opposition au Venezuela: des experts de l’ONU dénonce des crimes contre l’humanité


Équateur: assassinat d’un procureur en charge de féminicides


AFGHANISTAN : LES TALIBANS TORTURENT ET EXÉCUTENT DES HAZARAS

LES EXPLOITÉS DU QATAR


Ils vivent sans eau, sans électricité, dans des dortoirs surpeuplés sous 50 degrés. Ils travaillent 12h par jour, sept jours sur sept. Pour eux, le droit du travail n’est qu’une illusion et le travail forcé leur quotidien.

Oui nous parlons bien des travailleurs migrants « employés » pour la Coupe du Monde 2022. L’événement sportif le plus suivi au monde a causé l’exploitation de centaines de milliers de personnes… en toute impunité. Paradoxalement, il a aussi permis de mettre les projecteurs sur leurs conditions de travail et de vies indignes.

La campagne d’Amnesty International

Dans l’actualité


En Afrique, plus de trois quarts des avortements seraient non sécurisés


Migrants : une route vers les États-Unis semée de périls


L’Iran réprime les manifestations avec le concours d’une entreprise active en Europe


Qatar Mondial 2022 : révélations sur un scandale international


Un colloque anti-IVG a-t-il été organisé par une députée RN à l’Assemblée nationale?


Violences familiales: on vous raconte le parcours d’une victime, de son arrivée au commissariat à son dépôt de plainte


Des proches du député RN Philippe Schreck menacent un journaliste


Coupe du monde 2022 au Qatar : le mondial du cauchemar


Ils ont construit les stades, les routes et les hôtels qui accueilleront la prochaine Coupe du monde de football au Qatar. Mais à quel prix ? Des centaines de milliers de travailleurs africains décrivent un système d’exploitation et de maltraitance.
Selon le journal britannique, The Guardian, depuis dix ans, 6 500 travailleurs migrants originaire le plus souvent d’Afrique et d’Asie sont morts sur les chantiers au Qatar. Quentin Müller journaliste indépendant a enquêté sur les conditions de vie des africains qui travaillent sur les chantiers du prochain mondial de football.

FIFA : Payez pour le mal causé aux travailleurs migrants du Qatar

Manju Devi, dont le mari Kripal Mandal est décédé en 2022 à Doha (Qatar) où il était un travailleur migrant, photographiée avec sa famille au Népal en mai 2022. © 2022 Shyam Karki


Une coalition internationale appelle à des dédommagements financiers pour décès et vols de salaires.

Lire ICI

Qatar : La recette strasbourgeoise anti Coupe du monde



Le « maquis Alsace-Lorraine » organise ce dimanche 19 décembre une seconde action coup de poing dans le centre-ville de Strasbourg. En ligne de mire de cette coalition citoyenne, le boycott d’une compétition dont la mise en œuvre a coûté la vie à plus de 6 500 travailleurs migrants – pour construire les stades de ce Mondial de la honte.

Lire ICI

Le Qatar poursuivi en justice après des examens gynécologiques forcés à l’aéroport de Doha


L’aéroport international de Doha au Qatar. (SIPANY/SIPA / SIPANY/SIPA)


Sept Australiennes, voyageant sur Qatar Airways, préparent une action en justice après avoir subi des examens gynécologiques fin 2020 pour retrouver la mère d’un bébé abandonné dans les toilettes de l’aéroport.

Lire ICI

L’émir du Qatar approuve la loi électorale pour les premières élections législatives


L’émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, s’exprime lors du sommet de Kuala Lumpur à Kuala Lumpur, en Malaisie, le 19 décembre 2019. REUTERS/Lim Huey Teng


DUBAI, 29 juillet (Reuters) – L’émir du Qatar a approuvé jeudi une loi électorale pour les premières élections législatives du pays, qui doivent se tenir en octobre, a annoncé son bureau.

Le vote, un an avant que l’État arabe du Golfe n’accueille le tournoi de la Coupe du monde de football, concernera les deux tiers, soit 30 membres, du Conseil de la Choura de 45 sièges, pour lequel une nouvelle loi a également été approuvée par l’émir Cheikh Tamim bin Hamad. al-Thani jeudi.

L’émir continuera de nommer les 15 membres restants.

Lors d’un référendum en 2003, les Qataris, qui ne représentent que 10 % de la population du pays, ont approuvé une nouvelle constitution qui prévoyait des élections partielles pour le conseil, dont les membres sont actuellement tous nommés. Les scrutins avaient été retardés depuis lors.

Le Qatar, qui comme d’autres pays du Golfe interdit les partis politiques, a déjà des élections municipales. Il a cherché à redorer son image, notamment en améliorant les droits des travailleurs migrants, à la suite d’allégations d’abus de travail et d’un embargo diplomatique, commercial et de voyage de trois ans et demi imposé par les autres États arabes à la mi-2017.

La nouvelle loi stipule que les citoyens âgés de 18 ans et plus, et dont le grand-père est né au Qatar, ont le droit de voter dans les districts où réside leur tribu ou leur famille. Les candidats doivent être d’origine qatarie et avoir au moins 30 ans.

La nation petite mais riche, premier producteur mondial de gaz naturel liquéfié, sera divisée en 30 circonscriptions électorales, avec un candidat à élire pour chaque circonscription.

Les Qataris qui ont été condamnés « par un jugement définitif pour un crime impliquant des turpitudes morales ou de la malhonnêteté » ne peuvent ni voter ni se présenter « à moins d’être réhabilités conformément à la loi ».

Ceux qui ont rang de ministre, les membres des organes judiciaires, les militaires et les membres du conseil municipal ne peuvent se présenter tant qu’ils occupent ces postes.

La loi a limité les dépenses de campagne à 2 millions de riyals (549 450,55 $). (1 $ = 3,6 400 rials qatariens)

Reportage de Ghaida Ghantous; Édité par Timothy Heritage

(traduction automatique)

Ou comment même le foot peut faire avancer (à petits pas) la démocratie… au prix toutefois de la mort de plus de 6500 ouvriers migrants…

QATAR 2022 : LA FIFA FAIT DÉFAUT SUR LE TERRAIN DES DROITS HUMAINS

Vue générale des travaux de construction du stade Lusail, le 10 décembre 2019 à Doha, au Qatar. Le Lusail Stadium accueillera le match d’ouverture et le match final de la prochaine Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022 © FIFA via Getty Image


Alors que le début du tournoi de qualification pour la Coupe du monde de football est imminent, le Qatar continue d’exploiter et de maltraiter les travailleurs et travailleuses migrants. Sans véritable action, cet événement sportif sera largement terni.

Lire ICI